Philo

 

 

« D’abord vivre,

Jouer, être émerveillé, rire, s’émouvoir, goûter, sentir, écouter,…

Réveiller la curiosité.

L’envie de savoir vient ensuite naturellement, à partir des questions qui viennent aux enfants.

Sans parcourir de longues distances,

Ce qu’on peut prendre dans la nature (charte du cueilleur !),

par ci – par là, tout ne se donne pas comme ça, tout ne repousse pas au même endroit, il faut chercher !

Ce qu’on peut en faire (manger, jouer, dessiner, faire de la musique, des moulins à vent, des moulins à eau,…),

 

Ce qu’on peut donner en échange (les besoins de la nature et de ses habitants, protéger, planter, fabriquer des nichoirs, des abris pour insectes, batraciens, hérissons,… des mangeoires, …)

Redécouvrir le cycle des saisons, apprécier d’attendre le retour des plaisirs, comme des refrains,

Revenir chez soi avec des choses faites soi-même (pour soi, pour offrir, attentifs au calendrier des fêtes),

S’apercevoir du pouvoir de nos mains, de notre imagination, reprendre confiance, les utiliser, y trouver bien du plaisir.

Au long du chemin, ces découvertes sensorielles et affectives, cette relation d’amitié avec la nature, amènent à l’envie de la protéger, peut-être de la connaître plus scientifiquement,…

 

Mais surtout,

Si on n’a pas tout ce qui a été pensé pour nous, tout ce qui a été fabriqué en usine, tout ce qui a fait des milliers de kilomètres pour arriver jusqu’à nous,…

est-ce qu’on est forcément malheureux ? Peut-être pas.

A vérifier par l’expérience…»